Par une décision du 7 mai dernier, le Conseil d’Etat a considéré qu’un vendeur pouvait continuer à bénéficier de l’exonération de plus-value 22 mois après le départ de sa résidence principale au lieu d’un an. Considérant le contexte économique comme morose, le Conseil d’Etat souhaite que l’administration fiscale soit plus clémente vis à vis des vendeurs qui ne sont pas parvenus à vendre leur bien dans un temps raisonnable. Il était temps !