Un des objectifs de la Loi ALUR était de réduire la part consacrée au logement dans le budget des ménages français. Ses dispositions ont provoqué un ralentissement du marché et de la production de logements.

Pour 2014, la chute de 21 % des permis de construire implique une production de 300 000 logements … bien loin de l’objectif des 500 000, fixé par le Président de la République. L’augmentation des prix est toujours accentuée par la raréfaction de l’offre.

Cette loi risque donc d’aller à l’encontre de l’effet souhaité. Rassurons-nous, le réalisme continue de guider les acquéreurs. La baisse du marché reste limitée. Comme le montrent les analyses, les accédants continuent d’acheter en profitant de taux historiquement bas et les investisseurs reviennent à la valeur sûre que demeure la pierre.

Et vous que pensez-vous de la loi Alur, est-ce un avantage ou une épine dans le pied ?